Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BALADE GOURMANDE A JAXU

Publié le par Handi BO

BALADE GOURMANDE A JAXUBALADE GOURMANDE A JAXUBALADE GOURMANDE A JAXU

Malgré une météo défavorable, la balade gourmande 2024 a pu se dérouler grâce au dévouement de Pascale et Bixintxo Aphaule du Domaine Bordatto à Jaxu qui nous ont accueilli(e)s dans leur chaleureux cabaret paysan.

Après le café de bienvenue offert par Handi BO, quatre joëlettes ont pu s'élancer sur les hauteurs de Jaxu pour une petite balade pendant que Christelle, Jean-Paul et Jean-François ont pu tester le confort de la nouvelle joëlette électrique reçue la veille grâce à la générosité de l'association Azkena (voir l'article précédent "Noël avant l'heure").

Puis ce fut le retour au Domaine Bordatto pour le repas, talos salés et sucrés avec dégustations des cidres et vins du Domaine, sans oublier le cake de la Maison Gaborit. Un bien bel après-midi vécu dans la bonne humeur et le plaisir du partage.

Encore un grand merci à tous les participant(e)s et une mention particulière à nos hôtes qui nous ont régalé(e)s. A noter que vous pouvez trouver les cidres et vins du Domaine Bordatto, comme d'ailleurs les vins des autres vignerons d'Irouleguy, au Cellier des Docks de la Négresse à Biarritz !

BALADE GOURMANDE A JAXU
BALADE GOURMANDE A JAXU
BALADE GOURMANDE A JAXU
BALADE GOURMANDE A JAXU
BALADE GOURMANDE A JAXU
BALADE GOURMANDE A JAXU
BALADE GOURMANDE A JAXU
BALADE GOURMANDE A JAXU
BALADE GOURMANDE A JAXU
BALADE GOURMANDE A JAXU
BALADE GOURMANDE A JAXU
BALADE GOURMANDE A JAXU
BALADE GOURMANDE A JAXU
BALADE GOURMANDE A JAXU
BALADE GOURMANDE A JAXU
BALADE GOURMANDE A JAXU

Publié dans Joëlette

NOEL AVANT L'HEURE !

Publié le par Handi BO

NOEL AVANT L'HEURE !

Ce samedi à Ascain, Handi-BO a eu l'énorme plaisir de recevoir de la part de l'association Azkena une joëlette dernière génération.

Cette joëlette est un vrai bijou, assistance électrique, mise en place du passager facilitée, harnais de formule 1, freins à disque, stabilité accrue, multiples accessoires, etc ...

C'est l'association Azkena qui nous a apporté ce superbe cadeau dans sa hotte. Cliquez ici pour découvrir le site de cette merveilleuse association qui organise des évènements Gastes Express sur le modèle du Pekin express afin de financer du matériel pour les personnes à mobilité réduite.

Nous remercions chaleureusement Miguel et sa belle équipe pour cette généreuse initiative qui nous a profondément touché. Nous allons assurément nous rapprocher pour oeuvrer ensemble sur cet engagement commun.

 

 

 

NOEL AVANT L'HEURE !NOEL AVANT L'HEURE !
NOEL AVANT L'HEURE !NOEL AVANT L'HEURE !

Publié dans Joëlette

Le voile a été enfin levé

Publié le par Handi BO

Publié dans Chroniques

Les petits charriots à la RTO

Publié le par Handi BO

La 5 ème édition du Festival d’Arts de rue, aura lieu le Jeudi 9 Mai dès 15h00 dans le cadre des fêtes de Tarnos.
Voir le programme en PJ

Les petits charriots à la RTO

Le travail est presque terminé

Publié le par Handi BO

Publié dans Chroniques

Une semaine de plus à souffrir

Publié le par Handi BO

Publié dans Chroniques

Deux salles - deux ambiances

Publié le par Handi BO

Publié dans Chroniques

André Boniface

Publié le par Handi BO

Photo : Pablo Ordas

 

Je suis né à Mont-de-Marsan, dans une famille d’immigrés espagnols. Tous les dimanches soir, à 120 km des émetteurs de La Rhune, depuis la cuisine de notre appartement au quatrième étage de notre cité, sur un transistor d’époque en ondes longues, mon père et quelques amis écoutaient en direct la retransmission des matchs de football de la première division espagnole, pour valider leurs paris sportifs de la semaine.
Dans ma jeunesse, dès que j’avais un moment, c’est au foot que je jouais avec mes amis, sur le terrain vague au centre de notre cité. Rocheteau, Keegan, Platini, c’est eux qui ont bercé mon enfance. J’étais foot à 100%. Tout naturellement, je me suis inscrit au club de foot du Stade Montois, mais la concurrence était rude, je n’étais pas particulièrement doué, et c’est finalement au club de volley-ball que je me suis éclaté sportivement.
Le rugby, c’était pas mon truc. Mes potes n’y jouaient pas, on n’en parlait pas, et pourtant, c’était un monument invisible à ma porte.
Par contre, le rugby surgissait les samedis après-midi en fin d’hiver, pour le tournoi des 5 nations, et aux beaux jours pour les phases finales du Championnat, voire même un test match contre la Roumanie en fin de saison. Et comme j’aimais profondément le sport en général, je regardais ces matchs de rugby, écoutait Couderc puis Albaladejo, essayais de comprendre ce jeu bizarre et j’ai fini par avoir aussi mes joueurs préférés, au sein des grandes équipes de Béziers, d’Agen, du Stade Toulousain, de l’équipe de France, du Pays de Galles…


Puis je suis parti faire mes études à Aire-sur-Adour, puis Bordeaux. J’ai quitté Mont-de-Marsan, sa rue Gambetta, son magasin de sports, où j’allais parfois repérer un short ou une paire de chaussettes. Ce magasin portait le nom d’un ancien joueur de rugby, André Boniface, dont j’avais quand même saisi qu’il avait été un grand joueur de rugby.


Arrivé sur la côte basque au début des années 90, j’ai vite été plongé dans un univers où le foot était inexistant, car le rugby saturait l’espace sportif, en particulier à cause de la proximité géographique des deux clubs de l’Aviron Bayonnais et du Biarritz Olympique. Ici, tout le monde parlait rugby, plusieurs amis jouaient ou avaient joué au rugby, entrainaient dans des clubs, le rugby était partout, chacun était soit pour Aviron, soit pour le BO, comme à Madrid on est pour l’Athletico ou pour le Real.


Les 30 années qui ont suivi ont été, sans surprise, profondément marquées par le rugby : supporter du BOPB au début, membre fondateur de l’association Handi-BO, deux garçons à l’école de rugby de l’Anglet Olympique dont un (Manuel) joueur à l’Aviron Bayonnais et l’autre (Pablo) journaliste sportif pour Midi Olympique. Au fur et à mesure de mon immersion dans le rugby, je découvrais aussi la place du Stade Montois dans l’histoire du rugby, ses gloires passées, la fin tragique de Guy Boniface, le parcours exceptionnel de son frère, ce héros que je n’avais pas su capter à l’époque.


Jusqu’au jour où le fiston journaliste, sachant mon admiration pour André Boniface, me propose de l’accompagner à Hossegor, fin 2017, pour une séance photo avec André, dans le cadre d’un article à paraître dans Midol.
J’étais comme un gosse. On a passé un petit moment, on a blagué sur Moun, sur le rugby. Je l’ai conduit à la plage pour quelques photos, dans ma petite Chevrolet Spark rouge (c’est une tradition, puisque ma petite Hyundai Atos noire avait eu précédemment les honneurs de Jean-Michel Gonzalez avec mon ami Pascal Jeanneau en chauffeur affûté), puis nous nous sommes quittés avec une dédicace de “Nous étions si heureux”. Journée inoubliable pour un montois, qui rajoutait enfin une pièce essentielle dans son puzzle rugbystique.


André est parti rejoindre son frère, et tous les amoureux du beau geste. Handi-BO lui rend hommage.

 

Francisco Ordas - Trésorier d’Handi-BO

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>